Dora Bruder, par Patrick Modiano 【 lecture】

2021年2月10日 by Izumi Ryo  (編集)

L’histoire

En 1960, l’auteur, alors pensionnaire dans une école dont la discipline ne s’ accordait pas avec lui, fait une fugue. Il est aussitôt expulsé de son école. Son choix est simple; se débrouiller tout seul et vivre de ses propres moyens ou rentrer chez sa mère.

Moins de 20 ans plus tôt, en 1942, un avis de recherche d’une jeune fille de 15 ans fut lancé. Elle s’appelait Dora Bruder. Elle était française, née de parents juifs. Elle fut arrêtée et internée aux camps des Tourelles et, ensuite, envoyée au camp de Drancy d’où elle ne revint jamais.

L’ auteur nous parle de deux fugues. De deux adolescents vivant dans deux époques différentes. Il retrouve en Dora le jeune adolescent révolté qu’il avait été lui-même, et part sur la trace de la jeune fille. Il mène son enquète pour retrouver ses traces, vingt ans après sa mort. 

Il retrouve des témoins, retrouve sa trace dans de rares documents officiels ou dans des lettres de personnes s’étant trouvées dans le même camps en même temps qu’elle ; et réussit peu à peu à reconstituer son histoire, qui fut aussi celle de tant d’autres.

Citation

Moi, je voulais dans mon premier livre répondre à tous ces gens dont les insultes m’avaient blessé à cause de mon père. Et, sur le terrain de la prose française, leur river une fois pour toutes leur clou. Je sens bien aujourd’hui la naïvete enfantine de mon projet : la plupart de ces auteurs avaient disparu, fusillés, exilés, gâteux, morts de vieillesse. Oui, malheureusement, je venais trop tard.

”Dora Bruder” (Folio3181)

Mon ressenti 

Dans ce roman, Patrick Modiano nous raconte la fin tragique d’une jeune fille de 15 ans sous l’Occupation, Dora Bruder.

Pendant huit ans, il a mené son enquête, dans un Paris où , parfois, les batiments de l’époque n’existent plus, comme si on avait essayé d’en effacer les traces. 

Il compare sa propre fugue et celle de Dora. Examine ce qui les rapprochent et tout ce qui est diffère d’une époque à l’autre. 

Le récit est raconté alternativement dans le présent, les années 1960 et 1942 . Dans son ton où la precision est attenuee par le ton doux qui lui est particulier , il dépeint toute l’horreur de l’époque. 

A bientôt, pour une autre lecture.

Ryo Izumi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *